Église Notre-Dame de l’Assomption

Façade de l’église Notre-Dame de l’Assomption

Destinée au culte catholique et offerte aux habitants du quartier du Parc, cette étonnante église interpelle quiconque emprunte l’avenue Émile Zola. Ce projet est confié au trio d’architectes Bauhain, Baraton, Hébrard dès le début des années 50, largement investi dans la reconstruction du temple protestant. La grande liberté formelle et plastique de ce bâtiment reprend sans contradiction les principes énoncés par les architectes, pour le projet avorté de reconstruction de Notre-Dame.

Frontispice, oeuvre du peintre André Trébuchet, exécutée par la faïencerie de Gien

Fidèle aux influences brésiliennes, cette réalisation affiche clairement ses références. Elle s’apparente à la chapelle Saint-François d’Assise, érigée par Oscar Niemeyer dans le quartier de Pampulha à Belo Horizonte au Brésil et concilie l’avant-gardisme des voiles autoportants à l’académisme encore bien présent du plan des églises européennes. Ainsi, sur une assise de pierre appareillée, une parabole de béton, permet de lire en façade le volume de la nef. Un traitement de céramique plus récent en accentue la présence et rappelle la dédicace de l’église : Notre-Dame de l’Assomption.

Eglise Notre Dame des Anges plan façade

Église Notre Dame de l'Assomption plan façade

Plan au sol

Plan au sol

À l’arrière, un dispositif de portes coulissantes permet d’ouvrir le chevet sur l’extérieur et adapte ainsi cette architecture au contexte balnéaire.

Architecte(s) :

  • René BARATON
  • Jean BAUHAIN
  • Marc HEBRARD
Adresse : Avenue Émile Zola (angle Avenue Saint-François)
Date de projet : 1951
Date de livraison : 1952
Maître(s) d’oeuvre : 
  • Jean Bauhain
  • Marc Hébrard
  • René Baraton

Collaborateur(s) : A. Trébuchet (céramique), M. Rocher, J. Barillet, ent. (vitraux)

Cliquez sur les images ci-dessous pour les voir en + grand