Gare routière

Intégrée à la vaste opération de la « tache verte », l’ancienne gare routière de Royan trouve sa place le long d’un des axes majeurs de la ville : le cours de l’Europe.

Vue générale

Reprenant largement le dessin de l’architecte, Oscar Niemeyer, pour un restaurant-salle de bal, dans le quartier de Pampulha à Belo Horizonte au Brésil, la gare routière déploie son plan en forme de virgule devant les flux de véhicules entrant dans la ville. La toiture déroule sur une série de pilotis une langue de béton qui permet aux voyageurs d’attendre à couvert la navette qui les mènera à bon port.

L’espace défini entre le sol et cette dalle aérienne constituait, à l’époque, la zone d’accueil et de renseignements. Il est enclos, sur toute sa périphérie, par de larges baies vitrées. Au nord, un soubassement de pierre permet de dissimuler aux yeux du public les parties les plus techniques de l’édifice et agit tel un solide ancrage sur la stabilité de l’édifice.

Les couleurs, bleue et verte, sont dues à la mise à disposition de l’édifice à la Compagnie départementale d’autobus Aunis et Saintonge. En trouvant son inspiration dans l’oeuvre de Niemeyer, Louis Simon affiche ici les références brésiliennes qui marqueront moins ses projets que sa fidélité au pur style corbuséen.

Gare Routière

Gare routière détail

Gare routière détail

Plan élévation

Plan élévation

Plan de masse

Plan de masse

Architecte(s) :

  • Pierre-Gabriel GRIZET
  • Louis SIMON.
Adresse : Cours de l’Europe
Date de projet : 1953
Date de livraison : 1964
Collaborateur(s) : R. Sarger

Cliquez sur les images ci-dessous pour les voir en + grand